ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur sur notre site. En poursuivant votre navigation, nous considérons que vous acceptez la présence de ces cookies et l'utilisation qui en est faite. Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page de la Politique de confidentialité des données.OKPolitique de confidentialité

ERBM, carburants-énergies, compensation aux départements : mobilisation devant la préfecture de Région

Cathy Apourceau-Poly était ce lundi 25 octobre 2021 aux côtés de ses collègues députés et sénateurs communistes du Nord, mais aussi avec les conseillers départementaux, maires et élus locaux communistes du Pas-de-Calais et du Nord, devant la Préfecture de Région de Lille.

Nous avions demandé une audience solennelle à Monsieur le Préfet de Région pour évoquer avec lui plusieurs sujets dont les élus locaux souhaiteraient des engagements forts de l’État.

  • La hausse des carburants et de l’énergie est insupportable alors même que le coût de la vie ne cesse d’augmenter. Les 100€ du gouvernement sont une paille face aux prix des carburants qui ne cessent de monter et aux prix du gaz qui ont été bloqués à leur plus haut niveau.
  • L’État doit aujourd’hui aux départements du Pas-de-Calais et du Nord plus de 6,8 milliards d’euros pour des prestations versées au nom de l’État et qui ne sont pas compensées à leur juste valeur aux départements. Cette somme colossal ampute les budgets des deux départements.
  • Les espaces publics de nos cités minières dont les logements sont rénovés dans le cadre de l’ERBM ont aussi besoin de financement. Les collectivités n’ont pas les moyens d’assumer à elles seules le coût monstre des rénovations d’espaces publics.

Le comble de cette matinée, alors que le Préfet était informé de notre venue et de notre demande d’audience, personne n’a souhaité nous recevoir. Nous avons même été empêchés de remettre les pétitions contre les coupures d’énergies au Préfet. Cela montre à nouveau le désintérêt de l’État envers les élus locaux et les parlementaires revendicatifs.