ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur sur notre site. En poursuivant votre navigation, nous considérons que vous acceptez la présence de ces cookies et l'utilisation qui en est faite. Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page de la Politique de confidentialité des données.OKPolitique de confidentialité

Hommage aux résistants au Mur des Fusillés de la citadelle d’Arras

Ce dimanche 22 septembre 2019, Cathy Apourceau-Poly a tenu à rendre hommes aux 218 résistants morts pour la France, fusillés dans les fossés de la citadelle d’Arras.

Ouvrage défensif de Vauban construit dans la seconde moitié du XVIIème siècle, la citadelle d’Arras devint rapidement un lieu en dehors de toute menace d’agression ennemie. Cette « belle inutile » fut témoin de la barbarie nazi.

En son sein, ce sont 218 êtres humains de toutes nationalités, de toutes origines sociales, à majorité communistes, mais provenant de tous les horizons politiques, qui ont été fusillés pour des actes de résistance.

L’Histoire retiendra ces noms, gravés dans les fossés de la citadelle. Parmi lesquels ceux d’hommes qui se sont soulevés dès l’hiver 1940-1941 contre l’occupant nazi. Ceux qui ont déclenché et mené la grève insurrectionnelle du printemps 1941. Ceux qui ont participé à la première attaque de soldats nazis au Pont Césarine de Lens au printemps 1942.

Hommage à ces hommes, qui ont combattu côtes à côtes, avec le même idéal chevillé au corps, pour que vive la France et vive la Liberté.

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l’échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Qu’importe comment s’appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l’un fût de la chapelle
Et l’autre s’y dérobât
[…]

Extrait de La Rose et le Réséda, de Louis Aragon.