ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur sur notre site. En poursuivant votre navigation, nous considérons que vous acceptez la présence de ces cookies et l'utilisation qui en est faite. Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page de la Politique de confidentialité des données.OKPolitique de confidentialité

Intervention en commission : handicap, matériels et tests

Cathy Apourceau-Poly est a posé des question à Mme Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, lors de son audition le vendredi 10 avril dernier en commission des affaires sociales.

Lors de cette intervention Cathy Apourceau-Poly a tenu à mettre en avant le secteur du handicap qui souffre également durant cette épidémie et le confinement : porteurs de handicap, familles, structures, associations, …

Elle a également évoqué le manque de matériel pour les aides rémunérés par les chèques-emplois-services.

Je veux remercier tous les personnels qui, chaque jour, donnent le meilleur d’eux-mêmes.
Dans mon département du Pas-de-Calais, les aides à domicile et les assistantes familiales ne parviennent pas à se procurer des masques, les pharmacies réservant ces derniers au personnel soignant stricto sensu.
Quelque 700 enfants en situation de handicap, habituellement pris en charge en Belgique, ont regagné le domicile familial au début du confinement, parce que la structure qui les accueille a fermé ou par choix des parents. Jour après jour, la situation se complique pour ces familles, du fait des vulnérabilités sociales, sanitaires et économiques de ces enfants.
Par ailleurs, des structures d’accueil associatives souhaiteraient que leurs personnels puissent être testés, obtenir des masques et ne prendre en charge qu’une famille à la fois. Le confinement devient extrêmement difficile à vivre dans certaines familles, quand les jeunes en situation de handicap se montrent violents.
Les personnels libéraux et rémunérés par le biais du CESU pourraient-ils bénéficier de masques et de tests ? Ils pourraient, ainsi, prendre en charge certains enfants en très grande difficulté.
Si je ne suis pas toujours d’accord avec la façon de gérer la crise, je tiens à féliciter les services de votre ministère pour le nombre important d’informations qui nous parviennent chaque jour.