ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur sur notre site. En poursuivant votre navigation, nous considérons que vous acceptez la présence de ces cookies et l'utilisation qui en est faite. Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page de la Politique de confidentialité des données.OKPolitique de confidentialité

Les AESH méritent un statut et la reconnaissance

Avec ses collègues sénateurs du groupe CRCE, Cathy Apourceau-Poly a apporté son soutien aux personnels accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH) mobilisés pour l’amélioration de leur statut et la revalorisation de leurs salaires.

Malgré les premières victoires obtenues grâce aux mobilisations de l’année dernière (construction d’une grille de salaire commune, l’assurance d’un avancement uniforme ainsi que la reprise de l’ancienneté), la situation des AESH demeure extrêmement précaire.

Ils cumulent des contrats courts à temps partiel et des salaires trop faibles. Cette précarité économique des accompagnants se retourne contre les élèves en situation de handicap dont le nombre a doublé entre 2015 et 2019 quand le nombre de postes a augmenté de seulement 24%. De plus, la création de Pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) augmente encore le nombre d’enfants qu’ils suivent.

Il y a urgence à agir en faveur de la reconnaissance du métier d’AESH, et de ses missions. La formation et l’expertise des personnels doivent être reconnues et ils doivent être rémunérés à la hauteur de leur engagement.

Nous appelons le gouvernement à accorder le statut de fonctionnaire aux AESH à l’occasion de l’examen du budget de l’État pour 2022. Ceci leur garantirait une rémunération plus juste, ainsi que la création d’une formation diplômante spécifique.