ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur sur notre site. En poursuivant votre navigation, nous considérons que vous acceptez la présence de ces cookies et l'utilisation qui en est faite. Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page de la Politique de confidentialité des données.OKPolitique de confidentialité

Question écrite pour majorer les taux des livrets bancaires face à l’inflation

Face à l’inflation, aux difficultés des ménages français, et aux menaces qui pèsent demain sur la construction du parc locatif social, Cathy Apourceau-Poly a interrogé le Ministre de l’Économie sur la possibilité de majorer les taux des livrets bancaires.

Mme Cathy Apourceau-Poly interroge M. le ministre de l’économie, des finances et de la relance sur la possibilité de hausser les taux de rémunération des livrets bancaires (A, livret de développement durable et solidaire, livret d’épargne populaire, livret jeune) face à l’inflation qui augmente mois après mois.
En effet, après une inflation estimée à + 3,6 % sur un an en février 2022, et + 4,5 % sur un an en mars 2022, les ménages français et notamment les ménages populaires subissent violemment l’inflation.
Dans le même temps, les livrets bancaires ont des taux de rémunération ridiculement bas.
Or le règlement du comité de la réglementation bancaire (CRB), n°86-13 du 14 mai 1986, paragraphe II-2, prévoit la possibilité de faire évoluer le taux du livret A tous les trois mois si la Banque de France estime que la variation de l’inflation ou des marchés monétaires est très importante.
Les taux d’inflation connus aujourd’hui sont sans précédent depuis plusieurs décennies et sans perspective proche de baisse.
De plus, cette inflation est estimée à près de 9 % sur un an pour les foyers populaires qui consomment des biens dont les prix augmentent exponentiellement (énergies de chauffage, carburants, aliments de consommation courante dont les prix explosent, …).
À nouveau, les ménages les plus précaires sont entrés dans la spirale de la paupérisation, bientôt rejoints par les ménages de la classe moyenne.
Enfin, avec une inflation si importante et des taux de rémunération des livrets si faibles, les capacités à venir de financement de construction du parc de logements locatifs s’en trouvent obérées car les Françaises et les Français n’ont aucun intérêt à placer leur argent sur ces livrets.
Elle l’interroge sur la possibilité qu’a l’État d’entrer en dialogue avec le gouverneur de la Banque de France pour faire appliquer le règlement du CRB précisé ci-dessus et ainsi donner un coup de pouce à la rémunération des livrets bancaires.

Question écrite n°27756 de Cathy Apourceau-Poly au Ministre de l’Économie sur la majoration des taux des livrets bancaires face à l’inflation, publiée au JO le 21/04/2022