ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur sur notre site. En poursuivant votre navigation, nous considérons que vous acceptez la présence de ces cookies et l'utilisation qui en est faite. Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page de la Politique de confidentialité des données.OKPolitique de confidentialité

Question écrite sur le devenir de l’usine Schaeffler de Calais

Cathy Apourceau-Poly a adressé une question écrite à la Ministre déléguée à l’industrie à propos des interrogations qui planent autour de l’avenir du site Schaeffler de Calais.

Mme Cathy Apourceau-Poly interroge Mme la ministre déléguée auprès du ministre de l’économie, des finances et de la relance, chargée de l’industrie, sur le désengagement en cours par le groupe allemand Schaeffler au niveau de ses sites de production d’équipements automobiles, et notamment à Calais.
En effet, anticipant le virage vers la voiture électrique, le groupe a décidé de céder ses 9 usines de production de chaînes de distribution au fonds LEO II (Lenbach Equity Opportunity II). Schaeffler est en train de se désengager en urgence de toutes ses activités, touchant de près ou de loin à la motorisation thermique. D’autres sites en France en font déjà les frais (Hagueneau et Chevilly).
Le passage contraint du moteur thermique au moteur électrique s’apparente davantage à une rupture qu’à une transition ; et la casse sociale risque d’être très forte. Dans le cas de l’usine de Calais, ce sont 280 emplois en contrat à durée indéterminée (CDI) et une quarantaine d’intérimaires qui sont en jeu. Avec une moyenne d’âge de 43 ans, la gestion de la pyramide des âges ne pourrait pas, en cas d’évolution négative, servir d’amortisseur.
Si la reprise de tout le segment du secteur de distribution à chaîne peut créer un ensemble industriel viable, les inquiétudes chez les salariés de l’usine de Calais demeurent. Leur principale interrogation porte sur la nature du fonds Lenbach Equity, et sur le groupe Dubag qui le conseille ; mais aussi sur la stratégie qu’ils entendent mettre en œuvre.
Elle souhaiterait donc connaître sa position dans ces opérations et savoir si les services du ministère ont été ou se sont saisis de cette question.

Question écrite n°24534 de Cathy Apourceau-Poly à la Ministre déléguée à l’industrie, publiée le 30/09/2021