ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur sur notre site. En poursuivant votre navigation, nous considérons que vous acceptez la présence de ces cookies et l'utilisation qui en est faite. Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page de la Politique de confidentialité des données.OKPolitique de confidentialité

Revalorisation des salaires des soignants et agents de service, prime pour les agents de service

Cathy Apourceau-Poly est intervenue durant l’audition de Martin Hirsch, président de l’AP-HP (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris) le mercredi 13 mai 2020. À cette occasion, elle a demandé des éclaircissements sur les revalorisations de salaire demandées par les soignants depuis des mois. Elle a également interpellé le président sur le sort réservé aux agents de service.

Cathy Apourceau-Poly :
Je souscris à vos propos sur les personnels soignants, qui ont dû consentir de lourds efforts. Leur engagement à soigner les malades a été démontré et quatre d’entre eux sont décédés. L’épidémie n’est pas terminée, mais il est important d’apporter une reconnaissance à tous ceux, soignants comme administratifs, qui ont participé à l’effort collectif de lutte contre le Covid-19. Le Premier ministre a annoncé le 17 avril une prime pouvant aller de 1 000 à 1 500 euros, mais les décrets ne sont toujours pas signés. Le retard pris dans le versement de cette prime n’est-il pas un mauvais signal envoyé à ces personnels à qui l’on a demandé une disponibilité immédiate et imposé de travailler sans dispositif de protection pendant les premières semaines ?

Lors d’une interview, vous avez demandé le lancement immédiat des négociations pour une revalorisation salariale. Ontelles débuté ? Êtes-vous personnellement favorable à une revalorisation des salaires des personnels ?

Les agents de service ne sont pas concernés par la prime. Ils sont pourtant au contact des malades puisqu’ils nettoient les locaux, dont les chambres. Qu’est-il prévu pour cette catégorie ?

À ces questions, Martin Hirsch a simplement répondu : « Je n’ai pas de doute sur la tenue des engagements pris et le versement de la prime, même si la préparation du décret peut prendre un peu de temps. »