ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur sur notre site. En poursuivant votre navigation, nous considérons que vous acceptez la présence de ces cookies et l'utilisation qui en est faite. Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page de la Politique de confidentialité des données.OKPolitique de confidentialité

Les chèques vacances doivent être protégés

Dans une question écrite en date du 3 octobre 2019, Cathy Apourceau-Poly interpelle le ministre de l’action et des comptes sur l’augmentation de la commission perçue par l’État.

Mme Cathy Apourceau-Poly attire l’attention de M. le ministre de l’action et des comptes publics sur la hausse de la commission prélevée par l’État sur les chèques-vacances. Ce dispositif permet à près de 10 millions de Français d’augmenter leur pouvoir d’achat sur des équipements de loisirs fléchés (hôtellerie, restauration, loisirs essentiellement), pour un volume global de près d’un milliard six cent millions d’euros par an.
Or, la décision prise par arrêté au 1er août 2018 de revoir la commission de l’État de 1 % à 2,5 % a provoqué la réaction de la confédération des acteurs du tourisme dont les membres menacent de ne plus accepter les chèques-vacances. Cette réaction pénalise les Français.
Elle l’interroge sur les compensations prévues pour ne pas altérer le budget des ménages.

Question écrite n°12431 publiée au JO le 03/10/2019.

Dernièrement, cette question a été transmise au Ministère de l’économie et des finances.