ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur sur notre site. En poursuivant votre navigation, nous considérons que vous acceptez la présence de ces cookies et l'utilisation qui en est faite. Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page de la Politique de confidentialité des données.OKPolitique de confidentialité

Question écrite sur la sélection dans les universités

Cathy Apourceau-Poly a interrogé le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation à propos de la sélection effectuée à l’entrée des universités.

Mme Cathy Apourceau-Poly interroge Mme la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation sur le mode de sélection des étudiants en master dans une année marquée par la crise sanitaire et ses conséquences sur la formation des étudiants.

En cette fin d’année universitaire catastrophique, de nombreux témoignages se font jour. Ainsi, une étudiante en troisième année de licence de droit s’est vue refuser l’entrée dans six universités malgré une licence obtenue avec une mention Assez Bien, au motif de meilleures candidatures et de places limitées (30 pour plus de 2 000 étudiants). Ce sont ainsi des milliers d’étudiants qui vont se retrouver sans perspective à l’issue de la licence.

Or, dans l’architecture européenne des diplômes, la réforme licence-master-doctorat, une licence seule n’a plus de valeur. L’élitisme des grandes écoles semblent s’être propagé aux universités, encouragées dans cette voie par les réformes de ces quinze dernières années. Cette évolution, la réduction du chas de l’aiguille, devient fondamentalement génératrice d’injustices dans le cadre d’une crise sanitaire comme celle que nous venons de traverser.
Elle souhaiterait savoir comment le ministère compte réduire le gâchis de temps, de compétence et de savoir-faire en devenir que le Covid et une organisation inadaptée font peser sur les acteurs de la société de demain.