ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur sur notre site. En poursuivant votre navigation, nous considérons que vous acceptez la présence de ces cookies et l'utilisation qui en est faite. Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page de la Politique de confidentialité des données.OKPolitique de confidentialité

Réponse à la question écrite sur la situation des personnes dépendantes dans les établissements d’hébergements

Le 10 février 2022, face au scandales de mauvais traitements révélés dans les EHPAD, Cathy Apourceau-Poly avait adressé une question écrite à la ministre déléguée en charge de l’autonomie. Une réponse à cette question a été apportée et publiée au Journal Officiel le 21 avril 2022.

Pour approfondir sur cette réponse :

  • Intervention de Cathy Apourceau-Poly sur le manque de financements de la 5ème branche de la Sécurité Sociale par l’État
  • Interview de Cathy Apourceau-Poly sur les oubliés du Ségur

La publication du livre Les Fossoyeurs a appelé une réponse ferme et immédiate du Gouvernement. Le 1er février 2022, le Gouvernement a confié une mission aux Inspections Générales des Finances (IGF) et des Affaires Sociales (IGAS) sur le groupe faisant l’objet des allégations portées dans ce livre.
Le Gouvernement a rendu public le rapport de cette mission qui met en évidence des dysfonctionnements significatifs au détriment de la prise en charge et de l’accompagnement des résidents, tant sur le plan humain qu’organisationnel. Dans le même temps, le Gouvernement a demandé aux agences régionales de santé (ARS), en lien avec les départements, collectivités compétentes en la matière, de mener un vaste plan de contrôle sur pièces et sur place dans les établissements commerciaux du groupe incriminé ainsi que dans d’autres établissements commerciaux faisant l’objet d’alertes spécifiques.
Le 8 mars 2022, la ministre déléguée chargée de l’autonomie, a annoncé en lien avec le ministre des solidarités et de la santé, de nouvelles mesures pour garantir de bonnes conditions de vie dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Ces mesures comprennent notamment le lancement d’un plan de contrôle par les ARS des 7 500 EHPAD de France en deux ans et le renforcement des moyens humains des ARS dédiés aux contrôles, avec environ 150 équivalents temps-plein supplémentaires. Le Gouvernement élargit également les capacités de contrôles des services d’inspections de l’Etat et de la Cour des Comptes non plus aux seules dotations publiques mais bien aussi aux tarifs qui sont payés par les résidents de ces établissements. La Cour des comptes ou les chambres régionales des comptes, dont est rappelée l’indépendance constitutionnelle et dont les membres sont magistrats, pourront aussi pratiquer des contrôles inopinés, impossibles jusqu’à ce jour. Le dispositif de signalement des incidents est repensé, en vue d’une création d’ici 2023 d’une plateforme en ligne et d’un suivi plus étroit des ARS afin qu’aucun signalement ne reste sans suivi ni réponse.
En outre, pour améliorer les pratiques, la Haute autorité de santé (HAS) a publié un référentiel national d’évaluation des établissements sociaux et médico-sociaux. Ces réponses opérationnelles viennent en complément de l’action gouvernementale portée tout au long du quinquennat. Ces actions visent à la fois à renforcer les évaluations dans les établissements, mais aussi à mieux définir les situations de maltraitance, pour mieux les combattre.
Au-delà de ces réponses visant à prévenir et rompre avec les situations de maltraitance, le Gouvernement a initié tout au long du quinquennat plusieurs mesures pour améliorer les conditions d’exercice et de résidence dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.
La création d’une 5ème branche de la sécurité sociale consacrée à la prévention du risque de perte d’autonomie a constitué une étape historique essentielle pour la structuration de la solidarité nationale. Des financements de cette branche de la sécurité sociale ont ainsi permis le recrutement de 10 000 soignants et d’en budgéter 10 000 supplémentaires. Pour donner une meilleure attractivité à ces métiers, le Ségur de la santé a permis une revalorisation à hauteur de 183€ net mensuel pour les personnes exerçant en EHPAD public et privé à but non lucratif et de 160€ net mensuel pour celles exerçant dans des structures commerciales. Les médecins coordonnateurs voient quant à eux leur salaire être revalorisé au même niveau que leurs confrères hospitaliers. Dans le même temps, afin de répondre aux besoins, le numerus clausus a été supprimé, et les formations d’infirmiers et d’aides-soignants sont drastiquement ouvertes pour répondre aux besoins en ressources humaines.
Enfin, constatant que plus de 25% des EHPAD n’avaient pas connu de rénovation en 20 ans, le Gouvernement a souhaité mobiliser par le Ségur de la Santé mobilise 2,1 milliards d’euros pour rénover les EHPAD, transformer l’offre, les rendre plus ouverts et mieux-traitants. La dernière loi de financement de la sécurité sociale de ce quinquennat dispose également la constitution d’EHPAD en centre de ressources territoriales afin notamment de faciliter la diffusion de bonnes pratiques professionnelles à l’échelle d’un territoire.

Réponse à la question écrite n°26697 de Cathy Apourceau-Poly à la ministre déléguée en charge de l’autonomie sur la situation des EHPAD, publiée au JO le 21 avril 2022.